Carême

Alors que nous cheminons vers le soir du jeudi saint, où la communion sera donnée à travers le pain et le vin au risque de n’être pas reçus comme corps et sang du Christ, recevons cette communion.

Alors que nous avançons vers l’après midi du vendredi saint, où la violence de la mort risque de l’emporter sur la paix de Dieu, recevons cette paix.

Alors que nous tendons notre espérance vers le matin de Pâques, où nos questions et nos troubles risquent de l’emporter sur la grâce qui donne la vie, recevons cette grâce.

Carême, quelque soit le risque, c’est recevoir la communion, la paix et la grâce en Jésus le Christ.

Benoît, prieur de Caulmont

Assemblée générale de la FPF

Caulmont est membre du groupe “Dialogue et recherche communautaire” de la Fédération Protestante de France. L’assemblée générale de la Fédération a eu lieu ce samedi 30 janvier – à distance, via Zoom.

Nous partageons ici 2 des 4 recommandations adoptées par l’Assemblée générale :

Recommandation n°2 : Écologie

L’année 2020 fut exceptionnelle par-delà l’expérience de la pandémie. Sur le plan climatique, nous avons ainsi vécu l’année la plus chaude jamais enregistrée, en clôture de la décennie elle- même la plus chaude. Autour du globe, les conséquences du dérèglement climatique sont toujours plus visibles et dévastatrices. On se souvient, par exemple, des feux géants qui ont ravagé l’Australie, l’Amazonie brésilienne et la Californie, ou des familles jetées sur les routes du Honduras, du Guatemala ou du Nicaragua après les passages dévastateurs, coup sur coup, des ouragans Eta et Iota. Toujours, ce sont les populations les plus vulnérables, et parmi elles, d’abord les pauvres, qui en payent le prix fort.

Une tendance se dégage ainsi depuis l’adoption de l’Accord de Paris, dont le monde vient de “célébrer” le cinquième anniversaire. Malgré quelques progrès, les engagements et les actions aux niveaux étatique, collectif et citoyen sont dramatiquement insuffisants. Les rapports annuels du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) sur les émissions de gaz à effet de serre sonnent comme une terrible litanie : notre trajectoire mène à un réchauffement supérieur à 3 °C. Dit sans détours, nous sommes en train d’échouer.

Et le défi écologique se pose de manière aiguë par-delà le climat. L’alarme a été sonnée quant à la diminution de populations et aux pertes d’espèces et d’écosystèmes : nous provoquons la sixième extinction de masse, érodant les fondements mêmes de nos moyens de subsistance et de la qualité de vie. Plus largement, pour les sciences du système Terre et selon le groupe de travail géologique officiel dédié, nous sommes entrés dans une nouvelle époque géologique et systémique, appelée l’Anthropocène, où l’humanité est devenue le premier facteur influençant le devenir de la planète et de la biosphère.

Or l’année 2021 qui s’ouvre marquera un nouveau temps fort politique et citoyen en France comme au niveau mondial, avec notamment des COP importantes des conventions onusiennes sur le climat et la biodiversité, et offre une opportunité majeure en vue d’un sursaut.

Il apparaît ainsi, cinq ans après la COP21 et au seuil de 2021, que la notion de moment opportun ou de kairos est plus juste que jamais, dans son ambivalence. Si les impacts délétères et létaux de la crise écologique sont présents et les menaces s’accroissent, nous avons encore l’opportunité de juguler la crise et une belle chance de construire, par une transformation écologique, solidaire et démocratique, des sociétés soutenables et enviables pour les générations futures, plus justes et pacifiques, meilleures pour la santé, créatrices d’emplois verts, améliorant la vie des vulnérables et défavorisés, et protectrice du vivant.

Recommandation :

L’observation scientifique des évolutions de la situation écologique mondiale révèle que les engagements et les mesures prises sont dramatiquement insuffisants. Cependant nous croyons qu’il est toujours possible d’agir positivement vers une transformation écologique, solidaire et démocratique, en fidélité au mandat divin de cultiver et de garder la création (Gn 2.15), dans l’engagement pour la justice, en faveur des petits et des plus vulnérables à la suite du Christ, et comme témoins de l’espérance vivante qui nous anime.

Aussi, l’Assemblée générale de la FPF, poursuivant son engagement initié lors de la COP21, recommande au Conseil :

  • ●  De faire un pas de plus en publiant symboliquement une déclaration d’urgence écologique et climatique, sonnant l’alarme tout en portant l’espérance active chrétienne, à l’image et à la suite du Conseil œcuménique des Églises et d’autres acteurs de foi et séculiers ; cela permettra aussi de mettre à jour et d’approfondir la conscience et la position de la FPF;
  • ●  D’étudier comment l’engagement de la FPF, sur de bons rails depuis le lancement de la commission écologie – justice climatique, pourrait être porté au niveau supérieur ; des propositions pourraient par exemple être faites à l’AG de 2022 ;
  • ●  De faire progresser l’enjeu de la biodiversité sur son agenda, à la suite du climat, ce qui pourra se manifester dès la COP15 puis pour la rencontre de l’UICN à Marseille ;
  • ●  De veiller à l’inclusion du défi écologique, dont le climat et la biodiversité, dans les possibles adresses de la FPF aux candidats aux élections françaises à venir.

Recommandation n° 3 : Concernant la mise en cause de la liberté de conviction

Suite aux décrets du 2 décembre 2020, qui autorisent :

  • –  à ficher les personnes susceptibles de « porter atteinte à l’intégrité du territoire oudes institutions de la République » pour leurs « opinions politiques », « convictionsphilosophiques et religieuses » et leur « appartenance syndicale » ;
  • –  à inscrire aux fichiers (PASP, GIPASP et EASP) les troubles psychologiques etpsychiatriques ;
  • –  à porter à ces mêmes fichiers les posts sur les réseaux sociaux, les photos de profil ;l’Assemblée générale de la Fédération Protestante de France, réunie le 30 janvier 2021, s’inquiète :
  • –  de la possibilité de ce « fichage » des convictions qui contrevient à la liberté d’opinion et d’expression et permet de ficher des personnes qui s’opposent par leurs idées et leurs convictions aux politiques mises en œuvre par des institutions de la République ;
  • –  du fait que l’existence de tels fichiers va à l’encontre de la devise de la République française « Liberté-Égalité-Fraternité » ;affirme :
  • –  que chacun est libre de ses convictions et de ses croyances et peut les exprimer et lesmanifester librement tel que le disent les articles 18 et 19 de la Déclaration universelledes droits de l’Homme ;
  • –  qu’aucune structure humaine, sociétale, politique ou religieuse, aussi belle soit-elledans ses aspirations créatrices, n’est à l’abri de dérives autoritaires ou de subversions de ses fondements ;demande au Conseil de la FPF et à son Président :
  • –  de saisir de cette recommandation la Conférence des Responsables de Culte en France(CRCF) ;
  • –  d’interpeller le Président de la République française pour exprimer l’opposition del’Assemblée générale de la FPF à ces décrets et en demander la modification par lePremier Ministre et le Ministre de l’Intérieur ;
  • –  puis, en cas de non-modification, d’étudier toutes les possibilités de participation dela Fédération aux saisines judiciaires en France, afin de manifester l’opposition de l’Assemblée générale à cette violation explicite de la liberté de pensée et de croyance religieuse ;demande aux institutions membres de la FPF et à leurs membres de ne jamais cesser :
  • –  le plaidoyer public en faveur des libertés fondamentales,
  • –  la résistance face aux dérives autoritaires.

Pour retrouver l’ensemble des éléments de cette assemblée générale : rendez vous sur le site de la FPF en cliquant ici

Message pour la semaine de l’unité 2021

Message prêché au temple de Tence le 17 janvier 2021

Lecture de l’évangile selon St. Jean 15/1-17

J’ai retenu pour ce dimanche le texte de l’évangile que les soeurs de Grandchamp, en Suisse ont retenu pour thème de la semaine de l’unité. Un thème que nos soeurs ont focalisé sur le v. 9 « comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimé : demeurez dans mon amour ».

Il en va de l’amour de Dieu pour nous comme de la source de l’unité chrétienne et l’image de la vigne est alors une belle image d’unité, une image de communion.

Unité, communion, dans le livret d’explication du thème de la semaine de l’unité, il y a une très belle citation d’un père de l’église Dorothée de Gaza qui explique comment la communion avec le Christ exige que nous soyons en communion les uns avec les autres – le lien à Dieu entraine le lien communautaire. Ce lien de communion avec le Christ et avec les soeurs et les frères, Dorothée de Gaza, moine en Palestine au VIe siècle, l’exprime ainsi :

« Supposez un cercle tracé sur la terre, c’est-à-dire une ligne tirée en rond avec un compas, et un centre. Imaginez que ce cercle, c’est le monde ; le centre, Dieu ; et les rayons, les différentes voies ou manières de vivre des hommes. Quand les Saints, désirant s’approcher de Dieu, marchent vers le milieu du cercle, dans la mesure où ils pénètrent à l’intérieur, ils se rapprochent les uns des autres ; et plus ils se rapprochent les uns des autres, plus ils s’approchent de Dieu. Et vous comprenez qu’il en est de même en sens inverse, quand on se détourne de Dieu pour se retirer vers l’extérieur : il est évident alors que plus on s’éloigne de Dieu, plus on s’éloigne les uns des autres, et que plus on s’éloigne les uns des autres, plus on s’éloigne aussi de Dieu ».

Cette image du cercle et de ses rayons me semble une très belle image pour dire le rapport les uns avec les autres et du rapport au Christ.

Ainsi dans cette semaine de l’unité nous ne pouvons que redire, une fois de plus que les divisions entre chrétiens, qui nous éloignent les uns des autres, sont un scandale car elles éloignent également de Dieu. Nous pouvons le redire, et le redire dans la prière notamment.

Notre communion fraternelle – au-delà des appartenances ecclésiales témoigne de notre lien au Christ de notre communion à Dieu.

De nombreux chrétiens, attristés par cette situation, prient Dieu avec ferveur pour le rétablissement de cette unité pour laquelle Jésus a prié. La prière du Christ pour l’unité est une invitation à se tourner vers lui et à se rapprocher les uns des autres en se réjouissant de la richesse de notre diversité. Chaque rayon part effectivement dans sa direction, mais il part d’un centre qu’est le Christ.

Comme nous l’enseigne la vie communautaire, les efforts de réconciliation nous coûtent et exigent des sacrifices. Nous sommes portés par la prière du Christ qui désire que nous soyons un, comme Lui est un avec le Père… pour que le monde croie. (cf. Jn 17,21)

Si j’ai aimé l’image du cercle de Dorothée de Gaza, avec ses rayons qui partent d’un même centre, mais chacun vers sa direction ; si j’ai aimé cette image, cependant, dans l’évangile le Christ emploi une autre image : l’image de la vigne, l’image du Cep. Et cette image du Cep de vigne qu’utilise le Christ porte en elle quelque chose d’un élan vital – et c’est quelque chose qui est à mes yeux essentiel et qui échappe peut-être à Dorothée de Gaza. Jésus est le Cep, nous sommes les sarments.

La communion n’est pas qu’un centre donné – elle est un élan vital.
Creusons autour de l’image de la vigne.
Jésus est le cep.
— Le cep, c’est ce qui demeure d’années en années : les sarments qui portent les grappes durent le temps d’une récolte; le cep demeure, toujours le même, solidement enraciné dans le sol.
— Le cep, c’est le lieu de la vie : par ses canaux, il porte la sève vitale jusqu’au bout du plus petit sarment, irriguant la moindre feuille, nourrissant la moindre grappe. Les sarments que nous sommes ne peuvent assumer leur existence, produire leurs propres fruits qu’en restant unis au cep. Loin de lui, ils se dessèchent vite et ne tardent pas à mourir.

Le lien du cep au sarment est un lien vital. C’est vrai dans toutes les terres à vignes. Mais dans l’évangile ce lien vital prend une couleur d’éternité. En effet, les ceps que nous plantons durent le temps d’une génération, mais le cep qu’est le Christ, le crucifié et le ressuscité, dure éternellement. Le sarment soudé au tronc le restera du même coup !

Le même Seigneur qui lui a transmis la vie, comme le cep transmet la sève, continue à le faire encore par delà la mort puisque le Christ ressuscité ne meurt plus.

L’image utilisée par Jésus est donc celle de la vie, d’une vie que distille Jésus le cep; une vie qui coule éternellement dans ses veines et qu’il transmet par sa Parole à tous ceux qui restent soudés à lui; une vie qu’il continue et continuera à transmettre, la mort étant impuissante à interrompre cette communion.

Cette image de vie éternelle me semble complémentaire cette année à l’image d’unité qui a été mise en avant pour cette semaine de l’unité. Oui une image de vie éternelle alors que cela fait un an que nous vivons sous covid, et qu’il a fallu cette semaine encore un tour de vis de plus : un couvre feu à 18 h pour sauver la vie. La communauté de Grandchamp qui a préparé la semaine de l’unité est aujourd’hui en quarantaine, elle a du cesser toutes ses activités d’accueil et même le rythme de sa liturgie.

Avec ce COVID-19 la maladie s’est inscrite eu coeur de nos vies, et la mort frappe avec son cortège de tristesse, son sentiment de vide, quelque fois de désespoir. Un trouble autant légitime qu’incompréhensible.

Mais dans cette situation de trouble et de questionnement c’est aussi le moment de tenir à l’écart tout ce qui nous occupait tant hier encore, qui nous dispersait et qui nous éloignait de l’essentiel. Peut-être malgré les craintes et les angoisses, l’heure est-elle propice pour revenir au cœur de ce qui fait notre existence d’homme et de femme !

Quand tout s’écroule, que nous reste-t-il d’essentiel ? Quand les grandes eaux nous submergent, sur quel rocher pouvons-nous nous agripper pour tenir bon ?C’est au cœur même de cette interrogation vitale que le Seigneur vient nous rencontrer en ce jour par la parabole de la vigne.

Je suis le vrai cep de vigne, vous êtes les sarments et mon Père est le vigneron !

Ecoutons-la une fois encore cette image : « Si vous demeurez en moi et que mes Paroles demeurent en vous, vous demanderez ce que vous voudrez – ce dont vous avez besoin – traduit la Bible L. Segond – et cela vous arrivera ». Le rapport d’un sarment à son cep est purement mécanique; mais le rapport du fidèle à son Seigneur n’est pas du même ordre : il est fait de communion, de partage, d’échange de paroles.

Quand vient pour toi l’heure du doute, de la tristesse, de la dépression, sache que tu peux parler, que tu peux prier, que tu peux partager avec ton Seigneur. Alors il viendra et essuiera tes larmes.

Dans sa « première méditation sur la mort autrement dit sur la vie » publiée il y a une petite dizaine d’année, le poète François Cheng (de l’académie française) écrit ceci : « Très tôt, j’ai pris conscience que c’était la proximité de la mort qui nous poussait dans cette ardente urgence de vivre, et que surtout la mort était au-dedans de nous comme un aimant qui nous tirait vers une forme de réalisation. C’est ainsi qu’elle opère au sein d’un arbre fruitier, lequel passe irrésistiblement du stade des feuilles et des fleurs à celui des fruits – fruits qui signifient à la fois un état d’être en plénitude et le consentement à la fin, la chute sur le sol ».

Dans l’évangile le Christ ne dit pas que nous sommes les grappes de raisin, nous ne sommes pas les fruits qui soit vont être récoltées et disparaître ou soit vont tomber sur le sol et y pourrir. Le sarment c’est bien un porteur de vie, un élan de vie , ce qui transmet la vie depuis le cep jusqu’aux fruits.

Ce texte de l’évangile est un très beau thème pour cette semaine de l’unité ; une parole à entendre pour nos vies. Comme beaucoup d’images de l’évangile selon Jean, la parabole de la vigne est très riche et porte en elle une multiplicité de sens. Le sens d’une unité en Christ, d’une fraternité à partager dans la foi avec l’ensemble des croyants, une espérance en une vie donnée pour l’éternité malgré la maladie et malgré la mort.

« Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimez demeurez dans mon amour ».
Que dans cet amour nous trouvions force pour nos vies, nourriture pour notre foi, énergie pour notre espérance.
Christ est vainqueur. Amen.

Benoit, prieur de Caulmont

Prière pour la troisième semaine du temps de la création

Te reconnaître comme créateur, Dieu Père,
C’est dire que tu es présent à nos côtés, sur cette terre,
Présence fraternelle et solidaire,
Comme une invitation à aimer.

Te reconnaitre comme créateur, Dieu Père,
C’est dire que tu t’engages à nos côtés, pour la vie,
Engagement pour le respect de tous et de la biodiversité,
Comme une invitation à protéger.

Te reconnaître comme créateur, Dieu Père,
C’est dire que, depuis l’origine, ton alliance nous appelle et ta Parole nous interpelle.
Appel à vivre sous la grâce et interpellation à la responsabilité,
Comme une invitation à créer avec toi, le monde de paix, auquel tu aspires.

Nous te reconnaissons comme créateur, Dieu Père,
Pour entrer dans la louange, dans la célébration de tes bontés
Pour ouvrir nos vies à demain : notre avenir est entre tes mains.

Vous pouvez retrouver d’autres textes pour prier et méditer sur la la page de notre site sur le temps de la création

Prière pour la deuxième semaine du temps de la création

Devant le monde et sa beauté,
Devant le vivant et ses fragilités,
Donne nous l’émerveillement, ô Père.

L’émerveillement qui libère de la peur,
L’émerveillement qui donne confiance,
L’émerveillement qui ouvre le coeur à demain.

Dans cet émerveillement,
Nous te remettons ce monde, nos vies, et toutes vies, ô Père.
Viens encore au milieu de nous !
Par ta présence, renouvelle notre souffle, notre joie, notre paix,
Et notre capacité à aimer.

Vous pouvez retrouver d’autres textes pour prier et méditer sur la la page de notre site sur le temps de la création