Temps pour la création – construire la paix et protéger la création

“Si tu veux construire la paix, protège la création” ce titre est celui du message du Pape Benoît XVI lors de la journée mondiale de la paix le 1er janvier 2010. Un 11 septembre, date anniversaire funeste, nous pouvons nous rappeler que le lien entre paix et écologie est indissociable. Voici un extrait du message donné en 2010 par le Saint Père :

L’Eglise a une responsabilité vis à vis de la création et elle pense qu’elle doit l’exercer également dans le domaine public, pour défendre la terre, l’eau et l’air, dons du Dieu créateur à tous, et, avant tout, pour protéger l’homme du danger de sa propre destruction. La dégradation de la nature est, en effet, étroitement liée à la culture qui façonne la communauté humaine, c’est pourquoi “quand l'”écologie humaine” est respectée dans la société, l’écologie proprement dite en tire aussi avantage” (Caritatis in veritate n51). On ne peut exiger des jeunes qu’ils respectent l’environnement, si on ne les aide pas, en famille et dans la société, à se respecter eux-mêmes : le livre de la nature est unique, aussi bien à propos de l’environnement que de l’éthique personnelle, familiale et sociale. Les devoirs vis à vis de l’environnement découlent des devoir vis à vis de la personne considérée en elle-même, et en relation avec les autres. (…)

Si tu veux construire la paix, protège la création. La recherche de la paix de la part de tous les hommes de bonne volonté sera sans doute facilitée par la reconnaissance commune du rapport indissoluble qui existe entre Dieu, les êtres humains, et la création toute entière. Les chrétiens, illuminés par la Révélation divine et suivant la Tradition de l’Eglise, offrent leur contribution propre. Ils considèrent le cosmos et ses merveilles à la lumière de l’oeuvre créatrice du P7re et rédemptrice du Christ qui, par sa mort et sa Résurrection, a “tout réconcilié sur la terre et dans les cieux” (Col. 1, 20) avec Dieu.

Le Christ, crucifié et ressuscité, a fait don à l’humanité de son Esprit sanctificateur qui conduit le cours de l’Histoire, dans l’attente du jour où le retour glorieux du Seigneur inaugurera “un ciel nouveau et une terre nouvelle” (1 P 3, 13) où résideront pour toujours la justice et la paix. Toute personne a donc le devoir de protéger l’environnement naturel pour construire un monde pacifique. C’est là un défi urgent à relever par un engagement commun renouvelé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *