Temps pour la création – proposition de balade dans les bois

Durant ce temps de la création, à la maison des Sapins a été mise en place une balade dans les bois et dans les Psaumes.

Un temps de promenade rythmé par 7 psaumes disposés dans la forêt.

Quand la création, théâtre de la gloire de Dieu, devient espace de louange.

Si vous passez dans le coin, n’hésitez pas à vous arrêter !

Temps pour la création

A l’initiative du Conseil Œcuménique des Eglises, chaque année, à partir du 1er septembre – premier jour de l’année liturgique orthodoxe – au 4 octobre – fête de Saint François d’Assises, le saint patron des animaux et de l’environnement dans la tradition catholique – les Eglises sont appelées à participer à un “Temps pour la création”.
Cette initiative a été prise il y a une dizaine d’année, à Sibiu (Roumanie), lors du troisième rassemblement oecuménique européen. Les mille cinq cents représentants des différentes Églises chrétiennes en Europe ont alors pris la décision d’instaurer « un temps de la création » commun à toutes les confessions chrétiennes. Dans la déclaration finale de ce rassemblement on peut lire : «Nous recommandons de réserver la période du 1er septembre au 4 octobre à la prière pour la protection de la création et la promotion de styles de vie durables ».
C’est pour suivre cette recommandation que nous avons adapté la liturgie du temps ordinaire de Caulmont. Nous lui avons donné la couleur de cette prière : respect de la création, engagement pour la paix et la justice. Il s’agit pour nous de porter dans la prière de manière particulière notre engagement écologique du quotidien.

Prière de la communion

Afin d’être en communion les uns avec les autres, nous vous proposons de lire ensemble ce jeudi le Psaume 77 :
Du chef de choeur, sur Yeditoun; d’Asaf, psaume.

C’est Dieu que j’appelle et je crie; c’est Dieu que j’appelle, il m’écoutera.
Au temps de ma détresse, je cherche le SEIGNEUR.
Dans la nuit, les mains tendues sans faiblir, je refuse tout réconfort.

Je me rappelle Dieu et je gémis; plus j’y reviens, plus mon esprit s’embrouille;
tu tiens mes paupières ouvertes, je suis troublé, je ne sais que dire:
je réfléchis aux jours d’autrefois, aux années de jadis.
La nuit, je me rappelle mon refrain, mon coeur y revient, et mon esprit s’interroge:

Le SEIGNEUR va-t-il rejeter pour toujours? Ne sera-t-il plus jamais favorable?
Sa fidélité a-t-elle tout à fait disparu? La parole s’est-elle tue pour des siècles?
Dieu a-t-il oublié de faire grâce? De colère, a-t-il fermé son coeur?
Je le dis, mon mal vient de là: la droite du Très-Haut a changé!

Je rappelle les exploits du SEIGNEUR; oui, je me rappelle ton miracle d’autrefois.
Je me redis tout ce que tu as accompli, j’en reviens à tes exploits:

Dieu, ton chemin n’est que sainteté! Quel dieu est aussi grand que Dieu?
C’est toi le dieu qui a fait le miracle, et ta force, tu l’as montrée parmi les peuples.
Par ton bras, tu as affranchi ton peuple, les fils de Jacob et de Joseph.

Les eaux t’ont vu, Dieu, les eaux t’ont vu, elles tremblaient,
l’abîme lui-même frémissait.

Les nuages ont déversé leurs eaux, les nuées ont donné de la voix,
et tes flèches volaient de tous côtés.

Au roulement de ton tonnerre,
les éclairs ont illuminé le monde,
la terre a frémi et tremblé.

Dans la mer tu fis ton chemin, ton passage dans les eaux profondes,
et nul n’a pu connaître tes traces.

Tu as guidé ton peuple comme un troupeau, par la main de Moïse et d’Aaron.

Prière de la communion

Afin d’être en communion les uns avec les autres, nous vous proposons de lire ensemble ce jeudi le Psaume 63 :

Psaume de David. Quand il était dans le désert de Juda.

Dieu, c’est toi mon Dieu!
Dès l’aube je te désire; mon âme a soif de toi;
ma chair languit après toi, dans une terre desséchée, épuisée, sans eau.

J’étais ainsi quand je t’ai vu dans le sanctuaire en contemplant ta force et ta gloire.
Oui, ta fidélité vaut mieux que la vie, mes lèvres te célébreront.
Ainsi, je te bénirai ma vie durant, et à ton nom, je lèverai les mains.
Comme de graisse et d’huile, je me rassasierai,
et la joie aux lèvres, ma bouche chantera louanges.

Quand sur mon lit je pense à toi, je passe des heures à te prier.
Car tu as été mon aide, à l’ombre de tes ailes j’ai crié de joie.
Je m’attache à toi de toute mon âme, et ta droite me soutient.

Qu’ils aillent à la ruine ceux qui en veulent à ma vie!
Qu’ils rentrent dans les profondeurs de la terre!
Qu’on les passe au fil de l’épée! Qu’ils soient la part des chacals!
Et le roi se réjouira de Dieu; quiconque jure par lui n’aura qu’à s’en louer;
car la bouche des menteurs sera close.

Prière de la communion

Afin d’être en communion les uns avec les autres, nous vous proposons de lire ensemble ce jeudi le Psaume 42 :

Du chef de choeur. Instruction des fils de Coré.

Comme une biche se tourne vers les cours d’eau,
ainsi mon âme se tourne vers toi, mon Dieu.
J’ai soif de Dieu, du Dieu vivant:

Quand pourrai-je entrer et paraître face à Dieu?
Jour et nuit, mes larmes sont mon pain,
quand on me dit tous les jours: “Où est ton Dieu?”
Je me laisse aller à évoquer le temps où je passais la barrière,
pour conduire jusqu’à la maison de Dieu,
parmi les cris de joie et de louange, une multitude en fête.

Pourquoi te replier, mon âme, et gémir sur moi? Espère en Dieu!
Oui, je le célébrerai encore, lui et sa face qui sauve.
Mon âme s’est repliée contre moi, ô mon Dieu,
c’est pourquoi je t’évoque depuis le pays du Jourdain,
des cimes de l’Hermon, et du mont Micéar.
Les flots de l’abîme s’appellent l’un l’autre, au fracas de tes cataractes.
En se brisant et en roulant, toutes tes vagues ont passé sur moi.

Prière de la communion

Afin d’être en communion les uns avec les autres, nous vous proposons de lire ensemble ce jeudi le Psaume 23 :

Psaume de David.

Le SEIGNEUR est mon berger, je ne manque de rien.
Sur de frais herbages, il me fait coucher;
près des eaux du repos, il me mène,
il me ranime.
Il me conduit par les bons sentiers,
pour l’honneur de son nom.

Même si je marche dans un ravin d’ombre et de mort, je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi; ton bâton, ton appui, voilà qui me rassure.
Devant moi tu dresses une table, face à mes adversaires.
Tu parfumes d’huile ma tête, ma coupe est enivrante.

Oui, bonheur et fidélité me poursuivent tous les jours de ma vie,
et je reviendrai à la maison du SEIGNEUR, pour de longs jours.

Prière de la communion

 

Afin d’être en communion les uns avec les autres, nous vous proposons de lire ensemble ce jeudi le Psaume 9, v.1 à 15 :

Du chef de choeur; almouth labbén. Psaume de David.

SEIGNEUR, je rendrai grâce de tout mon coeur, je redirai toutes tes merveilles.
Tu me fais jubiler au comble de la joie, et je chante ton nom, Dieu Très-Haut.

Mes ennemis, qui battent en retraite, trébuchent et périssent devant toi,
car tu as défendu mon droit et ma cause; tu t’es assis sur ton trône, juste juge.
Tu as menacé des nations, fait périr l’infidèle, effacé leur nom à tout jamais.
L’ennemi est achevé, ruiné pour toujours; tu as rasé des villes, le souvenir en est perdu.

Mais le SEIGNEUR siège pour toujours, il affermit son trône pour le jugement.
C’est lui qui gouverne le monde avec justice et juge les peuples avec droiture.

Que le SEIGNEUR soit une citadelle pour l’opprimé,
une citadelle pour les temps de détresse!
Qu’ils comptent sur toi, ceux qui connaissent ton nom,
car tu n’abandonnes pas ceux qui te cherchent, SEIGNEUR!

Chantons pour le SEIGNEUR qui siège à Sion, proclamez parmi les peuples ses exploits!
Lui qui recherche le meurtrier, il se souvient, il n’oublie pas le cri des malheureux.
Pitié, SEIGNEUR! Vois comme mes adversaires m’ont humilié,
toi qui me tires des portes de la mort,
pour que je redise toutes tes louanges, aux portes de la fille de Sion,
et que j’exulte à cause de ton salut.

Prière de la communion

Afin d’être en communion les uns avec les autres, nous vous proposons de lire ensemble ce jeudi le Psaume 139, 1 à 12 :

Du chef de choeur; de David, psaume.

SEIGNEUR, tu m’as scruté et tu connais,

tu connais mon coucher et mon lever; de loin tu discernes mes projets;

tu surveilles ma route et mon gîte, et tous mes chemins te sont familiers.

Un mot n’est pas encore sur ma langue, et déjà, SEIGNEUR, tu le connais.

Derrière et devant, tu me serres de près, tu poses la main sur moi.

Mystérieuse connaissance qui me dépasse, si haute que je ne puis l’atteindre!

Où m’en aller, pour être loin de ton souffle? Où m’enfuir, pour être loin de ta face?

 

Je gravis les cieux, te voici! Je me couche aux enfers, te voilà!

Je prends les ailes de l’aurore pour habiter au-delà des mers,

là encore, ta main me conduit, ta droite me tient.

J’ai dit: “Au moins que les ténèbres m’engloutissent,

que la lumière autour de moi soit la nuit!”

Même les ténèbres ne sont pas ténébreuses pour toi,

et la nuit devient lumineuse comme le jour:

les ténèbres sont comme la lumière!

Prière de la communion

Afin d’être en communion les uns avec les autres, nous vous proposons de lire ensemble ce jeudi le Psaume 119, v. 129 à 144 :

(Pé) – Tes exigences sont des merveilles, aussi je m’y conforme.

La découverte de tes paroles illumine, elle donne du discernement aux simples.

La bouche grande ouverte, j’aspire, avide de tes commandements.

Tourne-toi vers moi et fais-moi grâce, comme il en est décidé pour ceux qui aiment ton nom.

Affermis mes pas par tes ordres et ne laisse aucun mal me dominer.

Libère-moi de l’oppression des hommes, et je garderai tes préceptes.

Pour ton serviteur que ton visage s’illumine: enseigne-moi tes décrets.

Des larmes ont ruisselé de mes yeux, car on ne garde pas ta Loi.

 

(Cadé) – SEIGNEUR, tu es juste, et tes décisions sont droites.

Tu as formulé tes exigences, c’est la justice et la pleine fidélité.

Mon zèle m’a consumé quand mes adversaires oubliaient tes paroles.

Tes ordres sont à toute épreuve, et ton serviteur les aime.

Même chétif et méprisé je n’ai pas oublié tes préceptes.

Ta justice est la justice éternelle, et ta Loi est la vérité.

La détresse et l’angoisse m’ont saisi, mais tes commandements sont mes délices.

Tes exigences sont la justice éternelle; donne-moi du discernement et je vivrai.

 

Prière de la communion

Afin d’être en communion les uns avec les autres, nous vous proposons de lire ensemble ce jeudi le Psaume 107 v. 1 à 9 :

Célébrez le SEIGNEUR car il est bon, car sa fidélité est pour toujours.

Qu’ils le redisent, ceux que le SEIGNEUR a défendus,

ceux qu’il a défendus contre la main de l’adversaire,

qu’il a rassemblés de tous les pays, du levant et du couchant, du nord et de la mer.

 

Certains s’égarèrent dans les solitudes par un chemin désert, sans trouver de ville habitée. Affamés, assoiffés, la vie les abandonnait.

Ils crièrent vers le SEIGNEUR dans leur détresse,

et il les a délivrés de leurs angoisses:

il leur a fait prendre un chemin direct

pour aller vers une ville habitée.

 

Qu’ils célèbrent le SEIGNEUR pour sa fidélité

et pour ses miracles en faveur des humains:

car il a désaltéré le gosier avide

et bien rempli le ventre affamé.