Prière de Noël

Seigneur,

répand ta lumière sur celles et ceux qui, dans la nuit du doute et du découragement, te cherchent sans pouvoir te nommer…

… En ce Noël, nous te prions pour nos proches, nos ami-e-s, les membres de nos familles,

et particulièrement celles et ceux qui ne te connaissent pas

Seigneur,

toi le prince de la paix, suscite entre les hommes le désir d’instaurer une paix juste et durable…

… En ce Noël, nous te prions particulièrement pour les peuples Israéliens et Palestiniens

marqués par la violence de la guerre.

Seigneur,

guéris celles et ceux qui souffrent, réjouis par nos vies, celles et ceux qui sont tristes, délaissé-e-s, méprisé-e-s…

… En ce Noël, nous te prions particulièrement pour les malades

et pour celles et ceux qui ont été frappés par le deuil cette année.

Seigneur,

fais de nous des semeurs de paix, des artisans de justice, fais de notre terre une terre d’accueil…

… En ce Noël, nous te prions particulièrement pour les étrangers, les immigrés,

celles et ceux qui obligé-e-s de quitter leurs pays viennent vers nous.

Seigneur,

Donne nous l’émerveillement comme aux bergers,

Mets nous en marche comme les mages,

Donne nous de savoir accueillir comme Marie,

Et donne nous la louange comme à Siméon.

C’est vrai.

Des nouvelles de Church and Peace

« Noël c’est le moment où nous embrassons la vulnérabilité de Dieu » 

Soeur Mary Leddy

Voici une phrase pour le moins énigmatique et une injonction insolite : embrasser la vulnérabilité de Dieu ?
Le besoin de protection et la vulnérabilité se manifestent le plus souvent dans des situations extrêmement brutales. Les images d’Ukraine, d’Israël/Palestine et de nombreux autres endroits du monde ne cessent de nous en faire prendre conscience.
Le message que transportent ces images est que les victimes ont besoin de protection, de sécurité, ce qui se traduit au quotidien par des bombes, des chars, des obus, des murs et des frontières.
Mais sommes-nous capables de voir autre chose, quand nous sommes confrontés à ces images ? Sommes-nous capables de percevoir cet autre message : cessez enfin de vouloir nous protéger par les armes qui provoquent tant de souffrance et de destruction et qui suscitent invariablement la riposte, violente elle aussi.Des parents israéliens qui ont perdu un enfant dans des attentats terroristes du Hamas palestinien et des parents palestiniens dont les enfants ont été tués par des soldats israéliens expriment ensemble leur blessure morale, leur deuil. Ils ont fondé l’organisation Parents Circle. Leur message : mettez fin à la haine ! Elle ne fera pas revivre nos enfants. Notre responsabilité commune est de rompre ce cycle infernal de la violence et de la contre-violence !
Ce message-là, l’enfant dans la crèche nous le fait entendre. Regardez : voici un être humain, un petit enfant qui a besoin des autres. Protégez cet enfant, protégez chaque être humain et tout particulièrement ceux qui sont les plus faibles et les plus vulnérables.
La vulnérabilité de Dieu est l’antithèse des systèmes de sécurité militaires et de la course mondiale aux armements qui engloutit chaque année des sommes colossales et fait grimper toujours plus haut la spirale de la haine, des menaces, des attaques et de la vengeance. « En Jésus-Christ, Dieu s’est désarmé », dit la théologienne Dorothee Sölle.C’est le grand défi que nous lance son existence marquée par la vulnérabilité : celui de prendre le risque de notre propre vulnérabilité. Celle-ci nous accompagnera tout au long de notre vie, malgré tous les systèmes de sécurité.Si nous acceptons de reconnaître notre commune vulnérabilité et notre besoin de protection, nous deviendrons de plus en plus responsables, non seulement envers nous-mêmes, mais aussi envers l’autre, l’étranger, et nous nous encouragerons mutuellement à coopérer plutôt qu’à nous affronter, à aller les uns vers les autres plutôt qu’à ériger des murs entre nous.
Je vous adresse toutes mes salutations, en ces temps si sombres, avec les paroles d’un choral de l’Oratorio de Noël de Jean-Sébastien Bach :

Apparais, ô lumière du matin,
Et laisse poindre le ciel !
Vous, les bergers, n’ayez pas peur,
Car l’ange vous dit
Que ce faible petit garçon
Sera notre réconfort et notre joie,
En plus il contraindra Satan
Et apportera la paix – enfin !

Au nom du Conseil d’administrationAntje Heider-Rottwilm
présidente Church and Peace e.V.

Le dernier numéro de Nouvelles est paru

Le numéro de Nouvelles de l’avent et de Noël devrait arriver dans vos boites aux lettres prochainement.

Avec dedans : Une méditation sur Noël, un conte de Noël , histoire du mage aux mains vides, les échos du CRAC, l’annonce des samedis de Caulmont, quelques notes oecuméniques, une lecture partagée, quelques graines de tagète, un livre de cuisine, mais pas que, un peu d’humour, et des prières