Carême

Alors que nous cheminons vers le soir du jeudi saint, où la communion sera donnée à travers le pain et le vin au risque de n’être pas reçus comme corps et sang du Christ, recevons cette communion.

Alors que nous avançons vers l’après midi du vendredi saint, où la violence de la mort risque de l’emporter sur la paix de Dieu, recevons cette paix.

Alors que nous tendons notre espérance vers le matin de Pâques, où nos questions et nos troubles risquent de l’emporter sur la grâce qui donne la vie, recevons cette grâce.

Carême, quelque soit le risque, c’est recevoir la communion, la paix et la grâce en Jésus le Christ.

Benoît, prieur de Caulmont

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.