Assemblée générale de la FPF

Caulmont est membre du groupe “Dialogue et recherche communautaire” de la Fédération Protestante de France. L’assemblée générale de la Fédération a eu lieu ce samedi 30 janvier – à distance, via Zoom.

Nous partageons ici 2 des 4 recommandations adoptées par l’Assemblée générale :

Recommandation n°2 : Écologie

L’année 2020 fut exceptionnelle par-delà l’expérience de la pandémie. Sur le plan climatique, nous avons ainsi vécu l’année la plus chaude jamais enregistrée, en clôture de la décennie elle- même la plus chaude. Autour du globe, les conséquences du dérèglement climatique sont toujours plus visibles et dévastatrices. On se souvient, par exemple, des feux géants qui ont ravagé l’Australie, l’Amazonie brésilienne et la Californie, ou des familles jetées sur les routes du Honduras, du Guatemala ou du Nicaragua après les passages dévastateurs, coup sur coup, des ouragans Eta et Iota. Toujours, ce sont les populations les plus vulnérables, et parmi elles, d’abord les pauvres, qui en payent le prix fort.

Une tendance se dégage ainsi depuis l’adoption de l’Accord de Paris, dont le monde vient de “célébrer” le cinquième anniversaire. Malgré quelques progrès, les engagements et les actions aux niveaux étatique, collectif et citoyen sont dramatiquement insuffisants. Les rapports annuels du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) sur les émissions de gaz à effet de serre sonnent comme une terrible litanie : notre trajectoire mène à un réchauffement supérieur à 3 °C. Dit sans détours, nous sommes en train d’échouer.

Et le défi écologique se pose de manière aiguë par-delà le climat. L’alarme a été sonnée quant à la diminution de populations et aux pertes d’espèces et d’écosystèmes : nous provoquons la sixième extinction de masse, érodant les fondements mêmes de nos moyens de subsistance et de la qualité de vie. Plus largement, pour les sciences du système Terre et selon le groupe de travail géologique officiel dédié, nous sommes entrés dans une nouvelle époque géologique et systémique, appelée l’Anthropocène, où l’humanité est devenue le premier facteur influençant le devenir de la planète et de la biosphère.

Or l’année 2021 qui s’ouvre marquera un nouveau temps fort politique et citoyen en France comme au niveau mondial, avec notamment des COP importantes des conventions onusiennes sur le climat et la biodiversité, et offre une opportunité majeure en vue d’un sursaut.

Il apparaît ainsi, cinq ans après la COP21 et au seuil de 2021, que la notion de moment opportun ou de kairos est plus juste que jamais, dans son ambivalence. Si les impacts délétères et létaux de la crise écologique sont présents et les menaces s’accroissent, nous avons encore l’opportunité de juguler la crise et une belle chance de construire, par une transformation écologique, solidaire et démocratique, des sociétés soutenables et enviables pour les générations futures, plus justes et pacifiques, meilleures pour la santé, créatrices d’emplois verts, améliorant la vie des vulnérables et défavorisés, et protectrice du vivant.

Recommandation :

L’observation scientifique des évolutions de la situation écologique mondiale révèle que les engagements et les mesures prises sont dramatiquement insuffisants. Cependant nous croyons qu’il est toujours possible d’agir positivement vers une transformation écologique, solidaire et démocratique, en fidélité au mandat divin de cultiver et de garder la création (Gn 2.15), dans l’engagement pour la justice, en faveur des petits et des plus vulnérables à la suite du Christ, et comme témoins de l’espérance vivante qui nous anime.

Aussi, l’Assemblée générale de la FPF, poursuivant son engagement initié lors de la COP21, recommande au Conseil :

  • ●  De faire un pas de plus en publiant symboliquement une déclaration d’urgence écologique et climatique, sonnant l’alarme tout en portant l’espérance active chrétienne, à l’image et à la suite du Conseil œcuménique des Églises et d’autres acteurs de foi et séculiers ; cela permettra aussi de mettre à jour et d’approfondir la conscience et la position de la FPF;
  • ●  D’étudier comment l’engagement de la FPF, sur de bons rails depuis le lancement de la commission écologie – justice climatique, pourrait être porté au niveau supérieur ; des propositions pourraient par exemple être faites à l’AG de 2022 ;
  • ●  De faire progresser l’enjeu de la biodiversité sur son agenda, à la suite du climat, ce qui pourra se manifester dès la COP15 puis pour la rencontre de l’UICN à Marseille ;
  • ●  De veiller à l’inclusion du défi écologique, dont le climat et la biodiversité, dans les possibles adresses de la FPF aux candidats aux élections françaises à venir.

Recommandation n° 3 : Concernant la mise en cause de la liberté de conviction

Suite aux décrets du 2 décembre 2020, qui autorisent :

  • –  à ficher les personnes susceptibles de « porter atteinte à l’intégrité du territoire oudes institutions de la République » pour leurs « opinions politiques », « convictionsphilosophiques et religieuses » et leur « appartenance syndicale » ;
  • –  à inscrire aux fichiers (PASP, GIPASP et EASP) les troubles psychologiques etpsychiatriques ;
  • –  à porter à ces mêmes fichiers les posts sur les réseaux sociaux, les photos de profil ;l’Assemblée générale de la Fédération Protestante de France, réunie le 30 janvier 2021, s’inquiète :
  • –  de la possibilité de ce « fichage » des convictions qui contrevient à la liberté d’opinion et d’expression et permet de ficher des personnes qui s’opposent par leurs idées et leurs convictions aux politiques mises en œuvre par des institutions de la République ;
  • –  du fait que l’existence de tels fichiers va à l’encontre de la devise de la République française « Liberté-Égalité-Fraternité » ;affirme :
  • –  que chacun est libre de ses convictions et de ses croyances et peut les exprimer et lesmanifester librement tel que le disent les articles 18 et 19 de la Déclaration universelledes droits de l’Homme ;
  • –  qu’aucune structure humaine, sociétale, politique ou religieuse, aussi belle soit-elledans ses aspirations créatrices, n’est à l’abri de dérives autoritaires ou de subversions de ses fondements ;demande au Conseil de la FPF et à son Président :
  • –  de saisir de cette recommandation la Conférence des Responsables de Culte en France(CRCF) ;
  • –  d’interpeller le Président de la République française pour exprimer l’opposition del’Assemblée générale de la FPF à ces décrets et en demander la modification par lePremier Ministre et le Ministre de l’Intérieur ;
  • –  puis, en cas de non-modification, d’étudier toutes les possibilités de participation dela Fédération aux saisines judiciaires en France, afin de manifester l’opposition de l’Assemblée générale à cette violation explicite de la liberté de pensée et de croyance religieuse ;demande aux institutions membres de la FPF et à leurs membres de ne jamais cesser :
  • –  le plaidoyer public en faveur des libertés fondamentales,
  • –  la résistance face aux dérives autoritaires.

Pour retrouver l’ensemble des éléments de cette assemblée générale : rendez vous sur le site de la FPF en cliquant ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.